Citroën C1 1.4 Hdi

Citroën C1 1.4 Hdi

Soumis par Anonyme le mer 07/06/2006 - 03:00
Troisième citadine de la gamme CITROEN, la C1 complète l’offre du concessionnaire sur le marché des citadines. A cause d’un taux de diésélisation de plus en plus élevé, la C1 existe également en version diesel Hdi et apporte un agrément supplémentaire au moteur essence grâce à sa belle souplesse en ville.
 
 
Vous l’avez certainement déjà remarqué, si vous ne l’avez pas encore lu, la C1, la Peugeot 107 et la Toyota Aygo sont en fait une seule et même voiture. Seules les faces avant et arrières permettent de distinguer les 3 autos.
La C1, elle arbore une face avant des plus sympathiques grâce à ses optiques rondouillardes et mieux proportionnés sur le capot court. L’arrière bénéficie de feux noirs contrairement à ceux rouge de la 107 et le double chevron trône sur sa carrosserie. Malgré de grandes similitudes, on ne se trompe pourtant pas en voyant la C1 par rapport à la 107. La société Foucque aimant bien le tuning, le concessionnaire a personnalisé cette C1, probablement unique, par des grandes jantes de 16 pouces équipées de pneus en 205/40. Si l’aspect esthétique est réellement mis en valeur (vu le nombre de passants qui se retournent sur son passage), nous vous déconseillons néanmoins cette monte trop généreuse pour l’inconfort procuré et les baisses de performances. Mieux vaut descendre d’un cran pour un meilleur compromis.
 
 
 
A l’intérieur, le tableau de bord offre un aspect et un toucher plutôt sympa malgré l’omniprésence de plastiques durs. La position de conduite est agréable malgré un volant situé toujours un peu bas dans sa position la plus haute et un dossier de sièges manquant cruellement de maintien. Notons également que la C1 diffère des autres véhicules de la collaboration grâce à son volant nettement plus typé sport et de loin le plus réussi. L’habitabilité n’est pas réellement son point fort. En plus d’une largeur aux coudes et au toit assez réduite, il vaut mieux interdire l’accès au places arrières aux personnes mesurant plus d’un 1,75 m. Ils se sentiront trop à l’étroit et bénéficieront d’un confort trop sommaire. La banquette arrière étant sans relief et dure. Certains détails montrent que la voiture a été conçue dans un soucis de réduction des coûts. Ainsi, le tableau de bord est en tout point identique aux autres clones, il n’y a qu’un vérin pour soutenir la vitre du coffre, les vitres arrières ne sont qu’entrouvrables même la sur la 5 portes, le plafonnier ne s’allume la nuit qu’avec la portière de gauche et les boutons de climatisation et de ventilation ne sont pas éclairés de nuit. En revanche, une certaine originalité marque la C1 à l’instar du compte tour façon oreille de Mickey sur le compteur. L’assemblage ne mérite pas la critique, tout semble prévu pour durer.
Le coffre lui est limité par une contenance réduite et un seuil de chargement trop haut.
 


Sur la route, la C1 s’équipe du moteur 1.4 hdi dégonflé à 54 Ch. Cette réduction a été imposée par les capacités de la boîte de vitesses Toyota n’acceptant pas un couple trop élevé. Il en résulte une puissance limitée et une cinquième bien trop longue pour relancer efficacement l’auto. D’autant que notre modèle d’essai souffrait de ses grandes jantes. Sur les autres rapports, pas de soucis, aucun creux ne se fait sentir et la C1 fait preuve d’une belle volonté. En ville, ce moteur se distingue par sa grande souplesse. Les 130 Nm de couple arrivent de façon très linéaire, la C1 reprend sans hoqueter dès les plus bas régime et dans un niveau sonore plutôt bien maîtrisé. En fait ce bloc apporte plus de coffre en bas du compte tour que la version essence. Bien entendu les performances sont inférieures et la consommation un poil plus avantageuse.
Mais la vraie vocation  de cette voiture est la ville. Grâce à sa petite taille et sa relative vivacité, la C1 se faufile partout et se gare dans un mouchoir de poche. Son excellent rayon de braquage lui permet de tourner sur elle-même et de trouver de la place où il n’y en a pas.
 


Côté budget, la C1 se distingue par un équipement assez rustique. Point d’allumage des feux automatiques, de vitres électriques à impulsion ou encore de poignées de maintien. En revanche vous trouverez un autoradio CD permettant d’y brancher un Ipod et des rangements pouvant accueillir sans mal une pochette de disques.
L’équipement de série comprend les vitres électriques, le verrouillage centralisé des portes, la climatisation ainsi que la direction assistée. Les équipements de sécurité passive sont représentés par l’ABS et les airbags frontaux.

Proposée à 15 300 €, la C1 n’est pas franchement donnée mais se veut être une voiture différente des autres par ses aspects ludiques et sa fraîcheur bienvenue sur le segment. La motorisation diesel apporte un plus pour la conduite urbaine et extra urbaine grâce à la disponibilité et la bonne volonté de son moteur.