Essai POLO R WRC : La POLO championne du monde

Essai POLO R WRC : La POLO championne du monde
par
Anonyme

Le segment des petites sportives est en pleine ébullition. Après les essais de la 208 gti, Clio RS IV, de la Fiesta ST, il me tardait d’essayer enfin la Polo R WRC. Une Polo survitaminée, prévue pour homologuer la voiture de course WRC de Sébastien Ogier et pour fêter la première victoire de Volkswagen en championnat du monde des Rallyes. Alors cette Polo, reine de la catégorie ? 
 

 

 
 

Extérieur

 

 
Essai Volkswagen Polo R WRC : La Polo championne du monde

Pour pouvoir faire rouler la WRC, Volkswagen se devait à l’instar des autres constructeurs développer une version commerciale de sa voiture championne du monde des rallyes. C’est ce qu’a fait Peugeot en son temps avec la 206 WRC… 

Le résultat chez Volkswagen, bien que très discret, est toutefois séduisant. Le design reste très sobre malgré l’ajout de boucliers spécifiques. Plus carrés, ils sont un peu plus enveloppants et donnent plus de caractère à l’auto. Cependant il faut bien avouer qu’un oeil peu averti ne remarquera pas réellement la Polo R WRC d’une Polo GTI. 

Soit, il faut admettre que les Stickers sur le capot et les flancs lui permettent de se distinguer mais la silhouette de l’ensemble est conforme à la Polo connue. Volkswagen lui a tout de même donné des jantes de plus grand diamètre au design « asphalte » ainsi qu’un aileron noir numéroté et des rétroviseurs du même coloris. Question sportivité j’ai vu mieux mais la Polo reste dans l’air du temps malgré son âge et le fait que la voiture soit numérotée (limitée à 2500 ex) rend chaque auto unique. 


 
 
 

Intérieur

 

 
Essai Volkswagen Polo R WRC : La Polo championne du monde

Cependant à bord, pas de rappel du numéro de la voiture, les changements esthétiques se limitent au volant et à la sellerie. Recouverts d’alcantara, ils donnent un cachet supplémentaire. Personnellement j’adore le volant. Ce matériau est très sympa au toucher et permet une bonne tenue du volant en toutes circonstances. 

Par ailleurs, il me rappelle les volants de course… Génial, j’ai juste hâte de prendre la route. 

Avant, j’ajuste ma position de conduite. Facile à trouver et offrant suffisamment d’amplitude, elle devrait convenir au plus grand nombre. Pour ma part, un siège réglable un peu plus bas ne m’aurait pas déplu… 

Pour le reste l’habitacle n’a pas changé, il offre toujours autant de volume aux places avants, notamment aux coudes. Justement mon coude droit peut même se reposer grâce à l’accoudoir. Pourquoi pas mais j’aurais préféré en lieu et place de cet élément de confort dans une auto sportive un témoin de pression de pneus. 

Effectivement l’équipement de série est toutefois moins bon que dans la GTI. Dommage, vu le prix de l’exclusivité. De ce point de vue, je trouve que Volkswagen n’est pas allé assez loin. La marque est, il est vrai, très conventionnelle mais c’est quand même elle qui a inventé les GTI !!!!

 
 
 

Sur la route

 

 
Essai Volkswagen Polo R WRC : La Polo championne du monde

Son véritable atout se situe parait il sous le capot !! Et oui contrairement à la tendance actuelle de downsizing, Volkswagen équipe sa Polo d’un gros moteur 2 litres là où la concurrence ne dépasse plus aujourd’hui les « seize cent » centimètres cubes. 

Un gros moteur issu de la Golf VI GTI. Cependant, question de place où volonté sportive, la boite DSG 7 ne fait pas partie de la dotation de série et n’est pas prévue non plus en option. C’est donc via une boite de vitesses manuelle à 6 rapports que les 220 chevaux et les 350 Nm de couple déboulent dans les cardans. 

Si la puissance reste raisonnable vu la cylindrée, c’est au niveau du couple qu’il faut s’attarder. Disponible dès 2 500 tr/mn, il permet des relances canons quel que soit le rapport engagé. Vigoureux des ce régime, il devient très puissant aux alentours de 4500 tr/mn. La poussée se révèle être alors très franche et rien ne semble vouloir freiner les accélérations. 

Le moteur est volontaire, plein à tous les régimes et donc particulièrement élastique. En côte ou dans les allonges, le moteur fait des merveilles malgré le poids de la bête (à une vingtaine de kilos de la Golf GTI). Il n’y a donc pas un type de terrain sur lequel ce bon 2 litres ne puisse pas s’exprimer. C’est certainement à ce jour le meilleur moteur de la catégorie surtout qu’il sait se montrer très silencieux. Au ralenti et en bas du compte tours il laisse percevoir une sonorité rauque mais plus le régime augmente plus la sonorité se fait discrète. Idéal pour rouler sur 4 voies mais question sensation sonore il faudra repasser. 

  
N’y allons pas par 4 chemins c’est au niveau des trains roulants que le bât blesse. Sur la Polo, l’ESP n’est pas déconnectable, le différentiel électronique de la Polo GTI est présent ainsi que l’antipatinage. 

Ce dernier est désactivable mais vu ce que le train avant a à faire il n’y aucun intérêt à l’enlever. A chaque accélération il y a des remontées de couple dans le volant qui sont assez gênantes tandis que le train avant manque de rigueur à la fois question mordant et motricité. Je pense que le poids du moteur, plus lourd que celui de la Polo GTI n'est pas étranger à ce défaut... 

A l’attaque, ce dernier montre vite ses limites à l’inscription et se traduit systématiquement par un sousvirage. Ce comportement m’a rappelé celui de la 208 GTI où le train avant manquait, selon moi, d’un pouvoir directeur plus franc alors j’ai essayé de la brusquer davantage en jouant avec les transferts de masse. Résultat ? Plus de souvirage encore, j’ai abandonné et choisi une conduite plus typée GT en appuyant ses freinages, en posant la voiture sur sa trajectoire paisiblement et en attendant d’avoir suffisamment mis les roues droites pour accélérer. Bref, un comportement davantage typé circuit alors que c'est la championne du monde des rallyes. 

Ainsi conduite, la Polo se montre assez efficace tandis que son moteur fera le reste pour ne pas se laisser distancer pas la Clio et la Fiesta. Question freinage pas grand chose à dire, la pédale s’avère être assez spongieuse au départ mais l’ensemble se montre puissant et endurant. Ouf, l’honneur est sauf. 

 
 
 

Conclusion

 

 
Essai Volkswagen Polo R WRC : La Polo championne du monde

Après avoir testé la voiture et l’avoir poussée quelque peu dans ses retranchements je garde de la Polo un sentiment assez partagé. J’aime son style très germanique, sportif mais discret, son moteur phénoménal mais suis déçu par son comportement routier moins rigoureux et amusant que la concurrence. La Polo est cependant la seule à offrir une vie à bord digne de ce nom. Le confort y est très bon notamment du point de vue sonore et c’est celle qui souffle le plus en donnant le sentiment de ne pas forcer. A rouler tous les jours c’est une merveille à condition de ne pas être très branché conduite typée rallye. Ce n’est donc, selon moi, pas elle la reine de la catégorie. 

  
Le prix de l’exclusivité ? 40 213 € écopastille incluse. C’est sûr que sa cylindrée n’est fiscalement pas avantageuse. Heureusement la consommation moyenne reste en deçà des 10 litres aux 100 km. 

Les plus: 

- Moteur phénoménal 
- Freinage 
- Volant Alcantara 
- Vie à bord 
- Confort... 

Les moins: 

- ... mais comportement routier moins bon que les concurrentes 
- Prix de l'exclusivité

 
 
 

Retrouvez l'essai en vidéo sur WWW.AUTOPASSION.ME