Fiat Grande Punto 1.3 JTD 75

Fiat Grande Punto 1.3 JTD 75

Soumis par Anonyme le ven 10/03/2006 - 04:00
Pour séduire à nouveau et sauver la marque d’une fin annoncée, la Punto III arbore une ligne des plus émouvantes inspirée de la Maserati GT et de dimensions propres à inquiéter le segment supérieur. Opération séduction et reconquête donc pour sortir le groupe italien de la noyade.
 
 
FIAT est un grand groupe, mais qui n’a jamais pu (ou su) avoir une assise financière suffisante pour se mettre à l’abri et la tentative de rapprochement échouée avec l’Américain GM n’a pas aidé la marque à se sortir d’une certaine morosité. C’est dans ce contexte que la Punto troisième du nom entre dans ce marché où elle a tantôt brillé tantôt déçue. Briller tout d’abord avec la première Punto et déçue avec la seconde génération esthétiquement fade et sans relief.

Une ligne séduisante

Du relief aujourd’hui la Grande Punto n’en manque pas, Guigiaro lui a donné un caractère unique. Longue de 4,03 m (c’est la même taille que la 207 et 6 de plus que la Clio), la Punto affiche une très forte personnalité inspirée d’une des plus belles italiennes, la Maserati GT. Rien que ça. De profil, malgré sa grande taille elle paraît râblée et musclée. Cette impression est très nettement confirmée en regardant l’Italienne de derrière. Ses hanches sont superbes, généreusement modelées et dynamiques. Du grand art qui n’est malheureusement qu’insuffisamment protégé. Hélas.

A l’intérieur, les lourdes portières s’ouvrent sur un habitacle vaste et d’aspect solide. Le dessin du tableau de bord est massif, s’habille d’une ceinture ton carrosserie qui donne un peu de couleur à un habitacle assez confiné à cause de ses montants épais. La vision périphérique est justement un point délicat tant à l’avant qu’à l’arrière. Ces montants obligent dans certaines situations à avancer, à incliner la tête dans les virages ou à s’aider des rétroviseurs dans les manœuvres. Dommage. C’est peut-être là l’un des inconvénients du style sur l’aspect pratique. FIAT a soigné la présentation mais aussi l’équipement de son bébé.
 


Direction « DualDrive »

Toutes les Punto reçoivent de série l’ordinateur de bord, le volant multifonction, la climatisation, les incontournables vitres électriques et verrouillage centralisé des portes ainsi que la direction assistée « DualDrive » si appréciée des femmes dans la circulation urbaine. Cette direction a le pouvoir de se montrer plus assistée par simple pression sur un bouton situé sur le tableau de bord dès que l’envie se fait sentir facilitant les manoeuvres. Les sièges offrent un maintien correct et mettent en exergue une excellente position de conduite ajustable par les multiples réglages du volant aux réglages suffisamment amples pour convenir aux personnes de grande taille.
La finition ne brille, principalement, pas par ses plastiques durs tandis que les espaces de rangements ne sont pas vraiment abondants. La boîte à gants offre une petite contenance, les vides poches ne peuvent accueillir une bouteille d’eau alors que les passagers arrière confortablement assis n’ont que les aumônières pour vider leurs poches. Pour le reste, 4 adultes et un enfant ont suffisamment de place aux coudes et aux jambes pour voyager confortablement. Malheureusement, le coffre ne bénéficie pas du m^me compliment tant dans son volume de chargement (275 dm3) que de son accessibilité à cause d’un seuil de chargement trop haut.
 
 
 
4 moteurs diesel

Pour se mouvoir, la Grrrrandé Punto fait appel à 4 moteurs diesels et seulement deux moteurs essence. Les motorisations essence font état de 65 ch  et 77 Ch, tandis que l’offre diesel s’échelonne de 75, 90, 120 et 130 Ch.
Nous avons essayé le premier moteur diesel. Ses 75 Ch se sont montrés suffisants pour circuler en ville et pour une utilisation extra urbaine. Discret dans son fonctionnement et peu sonore, il offre une belle vitalité au delà des 2 000 tr/mn. Comprenez que tant que vous n’êtes pas arrivé à ce régime il ne se passe pas grand chose. Ce n’est pas vraiment gênant en accélération tant la boîte de vitesses est bien étagée, mais en reprises c’est tout de même différent. Sur 4 voies, il ne faudra pas hésiter à relancer la Grande Punto en descendant un rapport. Frugal, il ne s’est contenté que de 4,5 l/100 km alors que notre parcours était riche de ville, de montagne et de 4 voies. Ce qui représente une belle performance d’autant que sur les routes un peu plus sinueuses, nous avons pu augmenter le rythme pour juger sa tenue de route.
 


Grâce à ses voies larges et son empattement généreux, la Punto possède un bel équilibre et se montre rassurante dans toutes les circonstances. La tenue de cap est bonne, les changements de direction francs. La Punto trace la route avec certaine facilité. A son volant pas besoin de faire des corrections pour rester sur la voie que vous avez tracée. Nous pourrons néanmoins lui reprocher des suspensions trépidantes sur les chaussées dégradées sans que cela n’altère vraiment le confort où la précision de conduite. Le freinage s’est montré puissant (voir déroutant au premier abord tant le mordant est excellent) et endurant sous l’effort.

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas conduit une FIAT qui a du caractère. Nous avons essayé le premier niveau de finition et le premier moteur diesel et notre impression est est globalement très bonne. L’Italienne nous a séduit par sa ligne, son habitabilité, son confort et son rapport prix/équipement favorable. Equipée de l’essentiel cité plus haut, elle est commercialisée par Dindar autos à 15 500 €. Ce qui représente une affaire. Pour le reste de la gamme, FIAT a probablement fait le bon choix en proposant 4 moteurs diesel dans un marché où le taux de dieselisation grimpe encore et encore. Alors souhaitons lui une belle réussite.